<< Retour au site

Les personnes sourdes

 

Présence d'un interprète en langue des signes :

Une interprète en langue des signes est présente lors de chaque activité thématique (groupe "Education des enfants", groupe de personnes diabétiques, atelier de suisine diététique, ...), excepté pour les activités sportives et les ateliers créatifs autonomes.

Si cela ne s’avère pas indispensable pour le contenu de ces activités, la communication entre personnes sourdes et entendantes est cependant satisfaisante, en particulier grâce aux connaissances de base en langue des signes des responsables de projet, connaissances acquises dans le cadre de formations en langue des signes et/ou par la pratique régulière dans les groupes, et grâce au fait que des barrières ont été levées entre les personnes.

 

Activité Initiation à la langue des signes et à la culture sourde :

A plusieurs reprises au cours des années précédentes, des participants avaient exprimé l’envie d’acquérir quelques signes de base pour communiquer avec les personnes sourdes et de découvrir quelques aspects de la culture sourde. Parallèlement, une personne sourde se proposait depuis quelque temps d’enseigner quelques rudiments de langue des signes aux autres participants.
Nous avons donc mis en place en mars 2009 des séances d’initiation à la langue des signes et à la culture sourde, une fois par an.
Ces séances sont préparées avec l’interprète et les personnes sourdes qui animent les rencontres.

La séance du 29 mars 2011 a été préparée et animée par quatre personnes sourdes et  huit personnes entendantes ont assisté à cette rencontre.
Le programme de cette rencontre était le suivant :
- Projection de saynètes du documentaire « Le pays des sourds »
- Echanges autour de la culture sourde, et en particulier sur la problématique du dépistage systématique de la surdité chez les nouveau-nés et de l'implant.

 

Les Pissenlits et les personnes sourdes

L’approche de l’Asbl Les Pissenlits par rapport au public sourd et malentendant reste une approche non spécialiste qui a été mise en place suite à une demande de quelques habitants sourds. L’asbl a répondu à leur demande suivant les principes de la démarche communautaire en santé, comme elle répond à d’autres demandes spécifiques.
Cet accueil a bien sûr demandé certains aménagements : apprentissage des bases de la langue des signes par les membres de l’équipe, sensibilisation des partenaires pour adapter les activités organisées en commun, multiplication des moyens de communication visuels, préparation des rencontres à l’avance pour que ces préparations puissent être envoyées à l’interprète pour préparation de la traduction, gestion plus rigoureuse du tour de paroles dans les réunions.
Mais ces aménagements ont été positifs pour l’ensemble de l’asbl : apprentissage de l’écoute de l’autre ou encore découverte par les participants entendants de la culture sourde et au-delà, ouverture sur les différentes cultures et identités qui traversent la société et les individus.

En résumé, nous reprendrons ici les nombreux effets positifs des activités décrites ci-dessus, certains étant partagés par l'entièreté de notre public, d'autres étant spécifiques aux personnes sourdes ou malentendantes :

• Expression d'un mieux-être
• Réduction du sentiment d'isolement
• Amélioration de la confiance en soi et des capacités d'autonomie
• Meilleure connaissance des services du quartier et de la commune
• Acquisition de connaissances dans des domaines divers (santé globale, personnes et services ressources, activités culturelles), qui sont souvent  difficilement accessibles aux personnes sourdes
• Meilleure aisance dans l'éducation des enfants, meilleure gestion des émotions
• Amélioration des capacités d'écoute et de communication
• Création de liens d'amitié et de solidarité entre personnes sourdes et personnes entendantes
• Amélioration des compétences pour augmenter leur qualité de vie
• Travail sur les représentations individuelles et collectives par rapport à divers types de différences : handicap, différences culturelles...
• Possibilité de faire connaître la culture sourde, de s’exprimer à propos des difficultés liées à leur handicap.
• Valorisation et renforcement de leurs compétences
• Amélioration de la communication avec les personnes entendantes, même en dehors de la présence d'une interprète en langue des signes
• Amélioration continue de leurs capacités à échanger avec des personnes entendantes dans le cadre des Pissenlits, qui rend plus facile pour la plupart d'entre elles la communication à l'extérieur
• Adoption d'une position de personne-ressource et qui transmet des savoirs et des connaissances

Notons également que les personnes entendantes font part des mêmes améliorations dans la communication avec les personnes sourdes et dans la meilleure aisance qu'elles éprouvent à entrer en contact avec des personnes sourdes en dehors des activités Pissenlits. Elles soulignent également la richesse accrue des échanges grâce à la présence des personnes sourdes et de la découverte de la culture sourde.   
 




Source : http://www.lespissenlits.be/pg_n.php?id_menu=68
[www.lespissenlits.be]